En démocratie directe on peut facilement manipuler les débats


#1

C’est bien plus difficile de le faire lors d’un référendum que lors d’une élection de représentant·e·s, comme par exemple l’élection présidentielle française. La raison est que dans un référendum le vote porte sur un seul enjeu exprimé sous la forme d’une proposition précise. Lors d’une élection présidentielle, en revanche, les enjeux sont nombreux, la façon de poser les problèmes dépend de chaque candidat·e et chaque journaliste. Un terrain très fertile à la manipulation. S’ajoute à cela le fait que chaque référendum favorise l’organisation de débats collectifs décentralisés : pensons, par exemple, à l’expérience du référendum sur le projet de constitution européenne de 2005.